La salle de sport #1 : Une Botanique

Dans la jungle urbaine, quelques lions sont rois.
Nous autres, les non-lions, ne sommes pas pour autant condamnés à la soumission permanente.
On peut très bien vivre et prospérer, à condition de savoir se nourrir, se défendre et chasser. Pas besoin de régner sur les autres.
En langage intelligible, cela veut dire qu’être en bonne santé physique et mentale est mon objectif premier pour garder le cap.
Outre les cures de vitamines, une nourriture saine (la plupart du temps), la méditation et le yoga, j’ai aussi repris un abonnement dans une salle de sport.

C’est étrange, la salle de sport.

Sur place, il y a une ambiance de cessez-le-feu alors que nous nous entraînons tous au combat : tout le monde mène une lutte acharnée sans que personne ne s’agresse pour autant. Le spectacle qui s’y joue est cruel, attendrissant, souvent drôle, tragique parfois.

La faune et la flore de cet écosystème si particulier m’a fascinée. C’est pourquoi j’aimerai t’emmener avec moi !
Dans cet épisode, laisse moi te montrer ce que la botaniste en moi observe quand je me rends dans ma salle de sport :

 

Le territoire

A tout écosystème, son environnement et ses codes de survie. Alors, tiens toi prêt(e) et mets toi dans l’ambiance.
Enfile un jogging ou un short, et mets des baskets. Prends une bouteille d’eau et une serviette. Enfin, Veille à ce que tes aisselles soient à l’air libre… ça y est tu es paré(e).

Maintenant, sors des vestiaires et entre dans l’arène.

Visualise un grand espace fermé qui sent bon la javel, la sueur et de Voltarène®. La colorimétrie des lieux se décline en noir et gris, avec des touches de couleurs pop et des faux tags aux citations motivantes et originales, trop soigneusement peints sur le mur. « Never give up » « No pain, No gain » (soupirs).

L’aquatique en bocal

De part et d’autres de cet espace se trouvent deux aquariums cubiques et vitrés qui abritent des salles de cours distinctes.

La première salle surélevée est consacrée au Spinning : comprends par là des séances intensives de vélos d’appartement espacés entre eux de quelques centimètres à peine. La salle peut accueillir jusqu’à 35 malades mentaux. Quarante-cinq minutes de pédalages effrénés avec stroboscopes, vociférations du coach et musique latino-house qui me fait saigner des oreilles.

L’autre salle prévue pour tous les autres cours collectifs proposés : Abdos-fessiers, Step, Stretching, Zumba®, Total Body conditionning ou autres. Ce cube est légèrement surélevé par rapport au reste de la salle, de sorte que tout ce qui s’y passe est destiné à un public. Tu n’en rateras aucune miette, où que tu sois dans la salle de sport. Oui, tu verras les autres soulever des lests et faire des fentes chorégraphiés.
Que tu le veuilles ou non.
Que ça te plaise ou non.

 

La forêt

C’est le plateau de musculation. Sa multitude de machines, aussi énormes et fournies qu’incompréhensibles au premier regard, obéit à un agencement strict et ancestral : les cercles concentriques. Plus tu approches du centre, plus tu bosses dur.

Autour des baies vitrées et donc le nez collé aux salles de fitness, il y a les appareils de cardio : une rangée de vélos classiques et de vélos – pédalo, des tapis de courses, des steppers et des vélos elliptique. Ça c’est pour pouvoir t’échauffer. Entends par là la structure sur laquelle tu te mettras à souffler comme un boeuf et suer comme un goret – dans les premiers temps.
Au centre se trouvent les appareils de musculation à proprement parler. Une pour chaque partie de ton corps. Tu pourras passer de branches en branches, à raison de répétitions, de poids et de séries spécialisées. Tu vas pouvoir te tétaniser chaque muscle et devenir tout rouge. Sympa, non ?
Au fond, un espace vide fait de tatamis, de sangles et de petits poids, prévu pour les exercice au sol avec tous les accessoires nécessaires aux étirements et au gainage.

Nota Bene : Ce dernier sous-bois accueille en général les Crossfiters, 
dont je te parlerai dans l'épisode 2 : Zoologie (de la salle de sport).

Le point de rencontre

 

Il se situe au niveau du pan de mur sur lequel le rouleau d’essuie-tout et le spray nettoyant sont accrochés. Ça n’a l’air de rien mais c’est l’endroit stratégique à repérer : comme tu dois nettoyer ta transpiration après l’effort, pour que l’animal qui prendra ta place puisse y déposer la sienne; cet endroit sert immuablement de point de rencontre à la faune de chaque salles. C’est une règle de bienséance qui pourra te faire accepter ou démonter dans le groupe. Rassure-toi, Les mammifères qui s’y croisent sont relativement souriants et pacifiques, bien que malodorants la plupart du temps. 

 

La flore

Le personnel encadrant de toute salle de fitness est indispensable à la compréhension de l’écosystème susnommé. Ils sont la vitrine et les gardiens des lieux, à la fois juges et parties, ils te mettent immédiatement en condition et te prodigueront conseils, jugements de valeurs et poncifs en tous genres.

La belle plante

C’est la première que tu vois en pénétrant les lieux. La fille de l’accueil.
Oui, celle qui est gaulée compèt’.
Celle qui est et sera toujours en tenue moulante et queue de cheval haute.
Celle qui est parfaitement maquillée , souriante et pleine d’énergie.
Celle qui bosse dur pour te mettre à l’aise par un « Bonjour Machin chose. Bonne séance! ».
Celle qui sent bon la noix de coco, le karité ou la vanille de Madagascar.
En tant qu’homme, peut être t’a-t-elle convaincu de t’inscrire, Qui sait ? Mais je peux t’affirmer qu’en tant que femme, elle me convainc surtout que j’ai du boulot à fournir avant d’obtenir le fessier-d’acier et la taille de guêpe. Honnêtement, un matin sur deux, elle me crispe et j’ai envie de lui tirer sur les couettes.
Mais je me retiens. Parce qu’elle est trop mignonne.
Il y a juste un truc qui me gratouille :   je ne la vois jamais faire de sport.
Mais genre Never Ever. 

Les roseaux

Ils encadrent les lieux tout autant qu’ils le protège, c’est sous leur égide que tu t’échines. Les professeurs de fitness, systématiquement montés sur ressorts, et dopés au Ginseng. Calmes la plupart du temps, ils se transforment quand vient le début du cours. L’échauffement passé, Ils se mettent à hurler 45 minutes durant, comme s’ils étaient au stade de France. Le plus souvent, ils se meuvent comme dans dans un concert de Gloria Estefan.
En vérité, ils me font peur à moi, la fausse extravertie. Je les évite comme les brocolis.

Poison Ivy

 

La prof de Spinning est un cas particulier. Ce végétal là a du béton armé à la place des racines et de la glace empoisonnée dans le pistil. C’est bien simple, elle peut te dégommer la tête si tu ne respectes pas à la lettre ce qu’elle te vocifère. Si tu baisses la cadence de pédalage à un moment inadéquat, ou bois de l’eau hors des temps où elle le permet, Elle viendra te filer de l’urticaire pour une bonne semaine. (J’ai fait une seule une fois du Spinning, on ne m’y reprendra jamais plus. J’ai cru que j’allais vomir mon ventricule gauche)

Le joli cactus 

Souvent coach sportif lui-même, c’est le playboy de la salle. Ici, c’est chez lui. Et il le sait. Il se fait beau et circule  entre les machines, de préférence devant les bandes de femelles qui attendent le début du cours de stretching. Le mien ressemble étrangement à un des 2be3 qu’on aurait gonflé aux amphétamines. Il a le regard creux mais le muscle plein. c’est déjà pas si mal.

La mousse moelleuse

green foam

 

Elle t’entoure d’une bonne odeur de propre, même quand toi-même tu pues. C’est la femme de ménage : Elle travaille en permanence dans la salle et les vestiaires. Elle te rappelle, que tu es un(e) privilégié(e) et qu’elle, sa dépense énergétique quotidienne, c’est d’essuyer tes flaques… Alors soit reconnaissant(e) et continues de courir sur ton tapis tant que tu peux te l’offrir.

 

 

 

 

Et encore, cette énumération n’est en rien comparable à la faune qui peuple la salle de sport… Je t’en parlerai au prochain épisode.
Stay tuned !