Miroir, mon beau miroir

Tu crois qu’on va parler d’acceptation de physique là? Et bien tu t’es planté, Copain(ine).

Creuse un peu. C’est d’une autre acceptation dont il s’agit. On va parler de l’image que l’on renvoie aux autres … en tant que miroirs d’eux mêmes.

Qu’elles soient amicales ou amoureuses, nous avons tous connu/vécu des relations « météorites ». Véritables étoiles filantes, ces rencontres auront été aussi éblouissantes qu’éphémères.

Je me souviens de chacune des miennes avec beaucoup d’émotions contradictoires. Les amitiés comme les amours.

Au risque de post-rationaliser ces expériences, je m’y penche aujourd’hui en essayant d’avoir un peu de recul. Ce n’est pas garanti mais je vais essayer.

friends-splash-and-play-in-water

Evidemment !

Reconnaissons d’abord qu’il existe parfois des espèces d’évidences relationnelles. Une complicité qui se crée immédiatement et dès la première vanne. La facilité avec laquelle la connexion se fait est fichtrement agréable, avouons-le ! De la même manière, il existe aussi des attirances surprenantes, peu importe nos goûts habituels en matière d’amoureux(se).

did-we-just-become-best-friends-sign

Je me suis beaucoup entourée de personnalités que je considérais comme combatives et vaillantes. Derrière ces belles qualités, comme toujours, il y a leurs revers. Bien souvent, ces aptitudes cachent une colère et/ou un profond sentiment d’injustice face à un parcours de vie, une situation.

 

On se sépare aussi vite qu’on s’est unis

 

J’ai bon dos, de critiquer, aussi je m’exerce à ajouter « Comme moi » à la fin de chaque reproche que j’adresse, le plus souvent possible.

Combatives et en colère… Comme moi. Vaillantes et en croisade… Comme moi.

Je me suis séparée de ces amitiés autant que j’ai été larguée par elles au fil du temps. De petites incompréhensions ont soudainement conduit à une rupture totale qui me laissait toujours groggy. J’étais moi même très en colère à l’époque, donc il était logique que nous nous comprenions. Mais la colère est une émotion, pas un état permanent. Il était donc a posteriori logique que la relation fondée sur une communauté d’éta(pe)t ne dure qu’un temps. Et je n’avais pas anticipé que  les moments-virages de mon parcours auraient de telles implications sur mes relations.

A mesure que je me suis apaisée j’ai été rejetée par certain(e)s.
A mesure que j’allais mal je rejetais celles qui allaient bien (j’exagère le trait mais c’est à peu près cela).

C’est une forme d’instinct grégaire de la psyché : trouve des gens qui te renforcerons dans tes croyances, ou qui te ressemblent … comme ça tu n’auras pas à te sortir de ta condition.

ocean-sunset-swim

Oui, bon, parce que je ne suis pas une sainte, j’ai moi aussi quitté des relations qui ne correspondaient pas/plus en état d’esprit. Et sans me retourner. Elles/Eux comme moi, nous avons été mutuellement injustes, excluant(e)s, insupportables l’un(e) pour l’autre jusqu’au point de non retour. Un miroir cassé. Un reflet qui ne nous correspond plus.

Est-ce bien raisonnable ?

Et il n’y a pas que la colère qui a joué, il y a aussi l’estime de soi. J’ai aussi été vers des personnes qui avaient des problèmes d’estime personnelle. Comme moi.

A mesure que je leur accordais de la valeur, j’en perdais à leurs yeux jusqu’à ce qu’elles coupent tout lien avec moi. Paradoxe ! Injustice ! Malédiction !
Ce qui finalement me permettait de dire « j’ai raison ! Personne ne m’aime! »

Ah la bonne mayonnaise … Je connais bien le mécanisme : je suis bidon, donc si tu me veux près de toi, c’est que tu es double-bidon toi-même. Alors dégage.

Si tu vas bien, ça roule… mais… Imagine que tu sois au trente sixième dessous? Est ce bien raisonnable comme système relationnel ?

 

… Non mais c’est fondateur

 

J’ai multiplié les ruptures amicales ces dernières années, en même temps que je trouvais mon apaisement. Et j’ai gardé les amis de toujours, même ceux que j’ai essayé d’éloigner.

Des amitiés féroces qui répètent à l’envi : fais la mariole, gesticule tant que tu veux. Nous, on ne bouge pas de ton cercle. Capisce ?!

A Celles et ceux qui traversent le temps et les épreuves, MERCI.
A celles et ceux qui ne me supportent plus, MERCI AUSSI.

Aller mieux m’aura fait perdre pas mal de gens autour de toi, un peu comme aller mal d’ailleurs. C’est surtout le changement d’état qui aura bousculé mon entourage affectif … surtout si on ne se corresponds plus.

Je ne sais pas si ces douloureuses ruptures sont évitables alors je pose ça la, si ça peut t’aider, Copain(ine). Regarde tes amis, les plus récents d’entre eux sont souvent des miroirs de ton groupe d’appartenance psychique.

Et même si ce sont des relations éphémères, chéris les. Elles sont essentielles à ton parcours. Comme autant de photographies de tes moments de vie.

Bon week-end copain(ine).

forest-tree-roots-on-path

On reste en contact ?